L’ « effet légalisation » : bilan et prospective

PIERRE BRISSON / JEAN-SÉBASTIEN FALLU / La légalisation de la consommation récréative du cannabis annoncée dans le cadre du présent mandat du gouvernement libéral canadien – et devant devenir effective à l’horizon de l’été 2018 – a déjà sa petite histoire, ses hérauts et ses détracteurs. De façon générale, en dépit d’inévitables points de réserve[1], […]

[ Lire la suite ]

Mot de présentation / Penser ensemble les limites de la société et de la drogue

MARC PERREAULT Dans mes continuelles extases, je m’enivrai à torrents des plus délicieux sentiments qui jamais soient entrés dans un cœur d’homme. Oubliant tout à fait la race humaine, je me fis des sociétés de créatures parfaites, aussi célestes par leurs vertus que par leurs beautés, d’amis sûrs, tendres, fidèles, tels que je n’en trouvai […]

[ Lire la suite ]

La représentation des drogues dans l’histoire des sociétés. Le cas français.

DIDIER NOURRISSON Résumé L’histoire des drogues se fond dans l’histoire des hommes. Le mot lui-même mélange santé (médicament) et maladie (toxique), bien-être et mal-être, humanité et dangerosité sociale. Les drogues et leurs usagers sont abondamment montrés dans la littérature et les arts. Leur présence même vaut la définition des normes de vie en société : tolérance […]

[ Lire la suite ]

Réappropriations mutuelles : ayahuasca et néochamanisme péruvien internationalisé

  SÉBASTIEN BAUD / Résumé Dans cet article, je présente et analyse le paysage chamanique péruvien internationalisé et façonné par ce que j’appelle des « réappropriations chamaniques ». Ces dernières sont le fruit de rencontres entre nouvelles spiritualités européennes, sud et nord-américaines et néochamanismes locaux, entre celles et ceux qui voyagent à la rencontre de leurs chamanes […]

[ Lire la suite ]

Devenir-plante : enlacements vivants en Océan Indien et en Amazonie

JULIE LAPLANTE Résumé Percevoir un médicament, un remède ou une drogue comme un objet pouvant nuire ou guérir selon une logique causale est possible selon un positionnement de l’extérieur. Si l’on se place au milieu des choses ou entre l’humain et le non-humain dans l’agencement-vie qui émerge entre les deux, il n’y a plus ni […]

[ Lire la suite ]